De la texture du temps dans La Recherche proustienne à la mémoire numérique

Anne Gateau

Pouvons-nous parler d’une permanence entre le textuel de La Recherche proustienne et la texture numérique d’une œuvre réalisée un siècle plus tard ? Si nous nous plaçons du point de vue de l’écart avec le réel, où l’écart serait lié à l’oubli, alors, nous pourrions dire que l’image numérique et le récit textuel seraient des média très proches, dans leur relation avec la mémoire des perceptions. Ils permettraient de créer à partir de bribes lacunaires de réel, des artefacts où une continuité spatiale et temporelle particulière serait à l’œuvre. Nous procéderons à une étude comparative historique entre ce texte littéraire et une image numérique.

Anne Gateau est Docteure en Arts Plastiques (thèse intitulée Le monumental, la mètis la trame, Paris I Panthéon Sorbonne, sous la direction d’Éliane Chiron), artiste plasticienne et assistante d’architecte. Elle mène une réflexion sur la ligne graphique, l’architecture et la mémoire à travers sa pratique artistique. Elle expose ses installations dans de nombreuses manifestations artistiques en France et à l’étranger.

Discontinuité - Écart - Épaisseur de temps - Lisible - Mémoire involontaire - Perception - Permanence - Oubli - Réel - Relation - Visible

Arts plastiques

Les destins illisibles
De multiples facettes
Une autre dimension
L’écart
Le réel involontaire
Le temps à l’œuvre
La mémoire involontaire
Le visible créateur
Usure de la trace
L’oubli
Le visible perceptible

Il nous semble que le réel n’est saisissable que dans une matière qui le trame et le texture en le déformant. Cette déformation, cette texture, cet écart avec le réel paraissent être la relation la plus constructive, et la plus permanente, la plus solide, comme à l’épreuve du temps et de sa discontinuité, quels que soient le medium et l’époque concernés. La texture (textuelle ou numérique) comme réalité de l’épaisseur de temps serait donc l’approche paradoxale pour comprendre comment le numérique et le textuel nous proposent un visible plus réel que la réalité elle-même.

Les destins illisibles

De multiples facettes

La Vie parisienne, œuvre numérique que j’ai créée en ce début de XXIe siécle, est composée de bribes d’images du réel déformé. On peut distinguer, en arriére-plan, des images en noir et blanc qui font référence à des cartes postales anciennes, mais dont les pixels sont très nettement visibles et les dimensions hors-échelle (le propre de la carte postale étant de tenir dans la main) : ici les images font un métre de haut. Tous les signifiants « cartes postales 1900 » sont brouillés, le réel est brouillé. Ce qui pourrait être une representation d’enfants devient une texture pixellisee de corps. Que nous dit cet ecart numerique ? Qu’un siècle s’est écoulé depuis : en nous le rendant visible, il réifie cette épaisseur de temps, depuis le présent vers le passé. Quand je lis La Recherche, j’éprouve aussi cette distance, les multiples facettes des portraits proustiens me permettent de saisir l’écart, du passé vers le présent, qui existe entre le réel et le récit. Je deviens spectateur-acteur, opérateur sensible pour construire une continuité dans la Discontinuité universelle.

img1_numero_1_article_02
Anne Gateau, Vie parisienne, 2009, image numérique, 3 x 4 m. Photo : Anne Gateau.

Les personnages créés par Proust, le sont à partir d’éléments de personnalités réelles collés les uns aux autres, sous forme de chose-livre dont la compacité elle- même est due à l’assemblage de cahiers par pliage de pages au format in octavo. La texture du texte, faite de phrases de grande longueur, de paragraphes juxtaposés par association d’idées et non par la trame narrative, déforme la représentation classique et rend illisible les références, brouille le portrait social de la société parisienne du début du XIXe siécle. Les destins des contemporains de Proust deviennent impénétrables, trop parcellaires, à la manière dont Picasso a brouillé la représentation des femmes du bordel situé dans la carrer Avinyò, à Barcelone en réalisant les Demoiselles d’Avignon en 1907. Ce filtrage, dans La Recherche, où seules des bribes de portraits réels sont perceptibles, est voulu par Proust : il conduit le lecteur à combler les lacunes narratives et les déformations proustiennes et à construire sa propre vision de la société, sa propre vision du monde, « comme à travers des verres grossissants [1] » pour mieux lui permettre d’éprouver la discontinuité de l’espace, du temps social et de la lecture, qui est réelle, tout en ressentant la continuité de son propre temps et de son propre espace, qui paraît irréelle, étant donné la succession de jours et de nuits qui viennent interrompre le cours de nos vies.

Une autre dimension

La Recherche est une texture créée à partir du réel, qui parle de l’écart à l’œuvre dans l’idée qu’on se fait d’une personne et de soi, à différents moments de sa vie, qui dépeint les multiples facettes de l’être, et dont la dimension n’est pas celle, visible, du corps physique, mais celle décrite par Proust lorsque son narrateur éprouve « le vertige de voir au-dessous de [lui], en [lui] pourtant, comme s’[il] avait des lieues de hauteur, tant d’années [2] ».

Nous allons maintenant étudier les dimensions de Vie parisienne : elle nous propose trois plans d’images réalisées à partir du réel : en arrière-plan un fond d’écran de 37 cm de large par 23 cm de haut, puis un plan intermédiaire où s’activent des images de 9 cm de haut, et enfin au premier plan un motif qui mesure réellement 2,37 cm de haut.

La construction de l’image numérique paraît moins assujettie à des contingences réelles. Une mise en perspective renaissante nous aurait proposés une modulation inverse : notamment un premier plan de dimensions réellement plus conséquentes. Une perspective médiévale aurait, elle, proposée un focus plus grand sur le sujet, peu importe sa disposition dans l’image. Or dans Vie parisienne, le sujet c’est le motif du premier plan, qui a été créé grâce à un scanner : avec une concentration de 7200 pixels par pouce, le format minime du négatif couleur réel est devenu une composition numérique très conséquente et peut occuper le premier plan. Les apparences « perspectivistes » sont sauves. Le second sujet, les images de 9 cm de haut, sont des fichiers obtenus à partir du scannage à faible résolution de cartes postales anciennes. Elles sont affichées plus grandes que leur taille réelle, les pixels sont discernables. Le troisième et dernier plan est lui aussi en faible résolution, mais les pixels ne sont pas discernables. Il y a comme un flou « atmosphérique ».

L’écart

Le numérique permet de tramer l’espace de l’image de manière à lui construire une autre réalité, moins contingente de ses dimensions. L’image numérique n’a pas de dimensions définies puisqu’elles peuvent être extrapolées, ses dimensions deviennent donc un enjeu personnel. Par exemple, Vie parisienne a été formatée pour mesurer trois mètres de haut par quatre mètres de largeur à l’impression, c’est-à-dire dans la réalité visible. Cette dimension a été choisie symboliquement pour évoquer les affiches « 4x3 » des publicistes, car le sujet de Vie parisienne est le motif d’une autre œuvre personnelle, Les peaux du Louvre, créée en découpant des affiches « 4x3 » récupérées du métro, selon des croquis réalisés in situ au Louvre.

Nous avons vu que l’espace de l’image numérique est très adaptable, est libéré des contingences matérielles réelles : le visible réel devient un visible numérique tout aussi réel, mais d’une autre réalité, plus en phase avec des sensations personnelles.

Le réel involontaire

Le temps à l’œuvre

La Recherche est un assemblage de temps : le premier et le dernier tomes ont été écrits en premier, sur le temps de l’enfance et de l’âge mûr. Puis est venu s’intercaler un temps plus ancien, et ensuite le déroulement d’une vie, pour obtenir « le produit d’une inconstructible synthèse [3] ». Tous ces temps se collent et s’imbriquent.

Les trois plans de Vie parisienne correspondent aussi à des temps différents. Le premier temps est celui du premier plan qui fait référence à un moment éloigné (une dizaine d’année pour l’installation, qui elle-même mettait en scène des pièces fabriquées bien avant). Le second temps fait référence à une époque plus ancienne, datant du début de siècle précédent (capture argentique de la vie d’un quartier). Le dernier temps est celui très récent de l’activation des images récupérées sur le web.

img2_numero1_article2
Anne Gateau, Vie parisienne, 2009, image numérique, 3 x 4 m. Photo : Anne Gateau.

Le numérique propose aussi une parcellisation du temps de l’image, une discontinuité pixellisée dans la continuité du propos. Cette continuité est la réutilisation du carnet de croquis au Louvre, in situ, des motifs des quarante-huit dessins au trait sur des feuilles aquarelle au format 30 x 40 cm. C’est la continuité de la ligne graphique et numérique, malgré le changement de medium, qui matérialise l’aspect monumental de l’acte créateur, cet acte serait le prolongement naturel de la production de notre cerveau. « Le cerveau crée nos sensations, nos pensées, nos actions mais aussi nos souvenirs [4] ».

La mémoire involontaire

Au début du XXe siècle, a lieu un grand bouleversement : le réel social jusque là structuré et linéaire devient discontinu et fragile, tandis que malgré leur apparente discontinuité, les rêves deviennent la « matérialisation » psychique d’une continuité et d’une solidité à l’intérieur du corps, qui fait de ce corps un corps monumental au sens étymologique de « gardé pour mémoire ». En effet, il y a une synchronie entre d’une part l’apparition de cette parcellisation de la texture du récit et de l’abstraction visuelle de l’œuvre d’art, comme pour mieux affirmer que le réel n’est pas affaire de représentation visible de la société mais bien de chacun, et d’autre part la publication de la Science des rêves de Freud en 1901. En montrant que, malgré leur évidente discontinuité, les rêves ont « un fond commun », dans le paragraphe I du chapitre VII consacré à « l’oubli des rêves », Freud nous rassure sur notre capacité de mémoire et donc sur notre propre continuité spatio-temporelle, malgré le déplacement de pensées, qui pour lui est dû à « la pression de la censure », au point qu’ « [il] peut affirmer que les rêves sont aussi peu oubliés que les autres actes psychiques [5] ». De même, lorsque le 17 mars 1905, Einstein écrit que « l’énergie n’est pas distribuée de façon continue […] mais est constituée d’un nombre fini de quanta d’énergie localisés [6] », résonne le glas de la théorie universelle newtonienne. C’est le passage de la théorie de la relativité générale (qui devient ainsi un cas particulier) é la relativité restreinte qui est, elle, une théorie universelle. La discontinuité et la localisation de l’énergie ainsi prouvées scientifiquement, le début du XIXe siècle devient vraiment le moment où l’intégrité du corps est éprouvé socialement, comme pour mieux le déconstruire et le reconstruire intimement. Ce que ces chercheurs proposent c’est d’expérimenter une nouvelle continuité, qui ne serait pas celle imposé par la succession de jours calendaires, l’horloge universelle, et les planisphères (entre autres).

Le visible créateur

Usure de la trace

L’artiste à l’œuvre, en train d’écrire du lisible ou de coder du numérique, semble composer avec du temps et de l’espace. La ligne transcrite dans le livre forme une continuité particulière qui propose au lecteur un portrait d’une époque révolue, mais encore activable, grâce à cette succession de mots dont la seule continuité est finalement arbitraire, dépendante de l’attention de ce lecteur.


La ligne numérique est une suite discontinue de deux nombres, le zéro et le un. Nous sommes donc dans la discontinuité littérale de la ligne géométrique (ensemble de points). Pourtant les logiciels se chargent, grâce à des codes (html, java script, etc...) et au calcul du processeur, d’établir une continuité entre le langage binaire et l’image qui s’affiche à l’écran. De plus, il y a deux autres facteurs de continuité : la mémoire de stockage du disque dur et la mémoire vive de lecture. Les ordinateurs sont formatés pour opérer des calculs en continu. Or les contraintes réelles (bug, vieillissement du disque dur, des supports externes) font qu’un fichier-source est très difficilement conservable, malgré toute la bonne volonté de son auteur.

Le système numérique assume aussi une usure de la trace, comme le système réel avec l’érosion due au passage du temps, mais cette usure visible n’est pas une usure lacunaire, c’est une recréation virtuelle, une texture de l’écart entre le réel et le numérique, ce qu’elle perd en référent elle le gagne en virtualité. Cet écart peut s’appeler mémoire numérique. Ce que le réel ne peut offrir, le numérique le calcule et le compose, lui donne une texture virtuelle qui vient conforter, consolider, transformer la trace initiale.

img3_numero1_article2
Anne Gateau, Vie parisienne, 2009, image numérique, 3 x 4 m. Photo : Anne Gateau.

L’oubli

Pour Benjamin, l’œuvre proustienne parle de « la distorsion croissante entre la littérature et la vie [... grâce au] travail de mémoration spontanée ». Proust écrit la nuit et peut ainsi retranscrire « la tapisserie du vécu que l’oubli a tissé en nous [7] », guidé par la mémoire involontaire, libéré du carcan de la mémoire du jour que Benjamin appelle la « mémoire volontaire [8] ». Plus près de nous, Daniel Schacter parle de mémoire implicite, et des vertus des « absences » de la mémoire explicite [9]. Cette mémoire se décompose, dans un système mnésique global, par la mémoire contrôlée et la mémoire automatique, tributaires des mécanismes émotionnels et dépendantes des « différents états de conscience [10] ». Dans tous les cas, les informations dont la perte pouvait paraitre définitive peuvent être retrouvées. Les expériences « restent tapies dans le tréfonds de notre mémoire [11] » mais réapparaissent au moment opportun. L’oubli est donc une force créative.

Ainsi, dès 1896, Bergson note qu’« il n’y aura pas plus de raison pour dire que le passé, une fois perçu, s’efface, qu’il n’y en a pour supposer que les objets matériels cessent d’exister quand je cesse de les percevoir [12] ». La virtualité du passé, à l’image de celle d’un fichier stocké sur un disque, consiste en un pouvoir d’activation et d’actualisation, grâce à une mémoire « vive », dans un présent. La seule différence consisterait en ce que les souvenirs paraissent ne s’actualiser « qu’au gré de leur fantaisie », tandis que l’activation d’un fichier est une réponse rigoureuse à une volonté (presque) consciente.

Le visible perceptible

Le réel paraît bien fragile, instantané. Pris grâce au filtre des perceptions, le réel semble acquérir une autre force. Par comparaison avec la chambre où il est alité, l’univers dépeint par Proust est le souvenir plus réel de tous les hôtels qu’il a fréquentés, avec leurs cours, les escaliers d’honneur, leurs bibliothèques, les écuries, les antichambres, les différents salons, (selon que la « matinée » ou la « soirée » est réservée aux intimes, organisée pour un concert, un véritable dîner officiel), etc. Cet univers devient un labyrinthe dans lequel nous avons envie de retrouver notre chemin. Par la magie de l’écriture, Proust bâtit virtuellement une architecture de papier de dimension monumentale, car il articule toutes les cellules dont il se souvient avoir arpenté les espaces pour former un portrait social dans une même construction toutefois irréelle, car « en dehors du Temps [13] ».

Devant Vie parisienne, on a l’impression d’être devant une résille floue. Les affiches en tant que lés de papier imprimé offset ne sont pas discernables, seule la modulation de la texture apparaît. La ligne du croquis tracé au Louvre, déjà transformée par le découpage dans le papier, joue à nouveau le premier rôle, toute seule, mais comme une ombre, floue et transparente... Elle est au premier plan mais elle est évanescente à tel point que l’ombre bleue qui la double est d’une lumière plus énergique qu’elle. Or cette résille est là pour parler d’un lieu réel au Musée du Louvre qui n’existe plus, la salle des Antiquités grecques archaïques avant les travaux de la pyramide, autant dire d’un fantôme. Les Kourou qui y étaient exposés ont changé de place, mais de quelle place réelle s’agit-il ? De celle qu’ils occupaient dans la société grecque, ou de celle qu’ils occupent dans le système muséal et social ?

Grâce à l’écart numérique et l’oubli, le réel se transforme et acquiert une virtualité d’une étrange solidité perceptuelle. Ce qui est en jeu, c’est le lien entre notre perception et notre mémoire car « il n’y a pas de différence fondamentale entre perception et mémoire [14] ».

Le visible numérique comme le lisible textuel sont des média dans lesquels nos perceptions peuvent interpréter le réel ou des bribes de réel selon une trame où l’oubli et la mémoire involontaire ont une très grande part. Dans cet écart avec le réel, s’infiltre, extrapolée ou textuelle, une réalité transformée où se solidifie une continuité particulière, autre que la continuité volontaire, arbitraire.

  1. [1] M. Proust, À la recherche du temps perdu. VIII. Le temps retrouvé (1954), Paris, éd. Gallimard, coll. « Folio », 1982, p. 424.
  2. [2] Ibid., p. 441.
  3. [3] W. Benjamin, Essais 1. 1922-1934, (1971), trad. et présentation de M. de Gandillac, Paris, éd. Denoël-Gonthier, 1983, p. 125.
  4. [4] R. Versace, B. Nevers, et C. Padovan, La mémoire dans tous ses états, Marseille, éd. Solal, coll. « Neurosciences Cognitives », 2002, p. 141.
  5. [5] S. Freud, La science des rêves (1901), traduit de la 7e éd. all. par I. Meyerson, Paris, éd. Librairie Félix Alcan, 1926, p. 517.
  6. [6] A. Einstein, « Un point de vue heuristique concernant la production et la transformation de la lumière » (1905), in Annalen der Physik, vol. XVII, pp. 132-148, in Physique, philosophie, politique, textes choisis et commentés par F. Balibar, Paris, éd. Seuil, coll. « Sciences », 2002, p. 230.
  7. [7] W. Benjamin, op. cit., p. 126.
  8. [8] Ibid., p. 244.
  9. [9] D. Schacter, Science de la mémoire, oublier et se souvenirs, trad. C. Cler, Paris, éd. O. Jacob, 2003, p. 246.
  10. [10] Ibid., p. 48.
  11. [11] Ibid., p. 47.
  12. [12] H. Bergson, Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit (1896), Paris, éd. P.U.F., coll. « Quadrige », 96e éd., 1990, p. 159.
  13. [13] M. Proust, À la recherche du temps perdu. VIII. Le temps retrouvé, op. cit., p. 228.
  14. [14] R. Versace, B. Nevers et C. Padovan, op. cit., p. 141.
Réel - Virtuel