Sous la peau numérique. Z32 d’Avi Mograbi

Ophir Levy

Dans le documentaire Z32, le cinéaste israélien Avi Mograbi interroge un jeune soldat qui, lors d’une opération de représailles, a tué arbitrairement un policier palestinien. Devant assurer l’anonymat de son témoin, Mograbi choisit de recouvrir le visage du jeune homme d’un masque numérique qui simule le grain de la peau. Cette trouvaille, d’une grande puissance visuelle, induit immédiatement un questionnement éthique (« j’abrite un assassin dans mon film ! ») tout en répétant le sentiment de dépersonnalisation vécu par le soldat.

Ophir Levy est chargé de cours en esthétique et en histoire du cinéma à l’université Paris III Sorbonne nouvelle. Doctorant à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, où il a obtenu un DEA de philosophie, ses recherches portent sur l’empreinte souterraine de la Shoah dans le cinéma contemporain. Il travaille par ailleurs pour le service pédagogique et le service formation du Mémorial de la Shoah. Il est l’auteur de Penser l’humain à l’aune de la douleur. Philosophie, histoire, médecine. 1845-1945 (L’Harmattan, 2009).

Contact mail : <a href="ophirlevy(at)yahoo.fr>ophirlevy(at)yahoo.fr

Site Internet : http://penserlhumainlaunedeladouleur.blogspot.com

Culpabilité - Dépersonnalisation - Inquiétante étrangeté - Israël - Masque - Mograbi - Numérique - Peau - Tsahal - Visage

Études cinématographiques ou esthétique

Le tissu de la peau
Trouer le masque
La dépossession de soi

Il est tout à fait remarquable qu’en 2008, coup sur coup, les deux
 propositions d’écriture documentaire les plus stimulantes soient
 venues, d’un même pays, s’interroger sur des thèmes très similaires.
 Valse avec Bachir d’Ari Folman et Z32 d’Avi Mograbi, films israéliens
 consacrés à l’évocation d’un souvenir de guerre meurtrier qui met
 en cause le protagoniste et sa propre armée, se demandent tous
 deux comment faire émerger une parole (du fond de l’inconscient
ou de l’inavouable) et comment lui restituer un visage. Deux films
 profondément taraudés par la question d’envisager l’autre. La
 réponse de Folman passe par la fabrication d’un double de chaque
 personnage en dessin animé. Celui-ci met à distance leur parole tout
 en capitalisant sur le trouble provoqué par l’étrangeté du frottement
 entre le réalisme sonore [1] et la stylisation du dessin. La réponse de
 Mograbi, dont le dispositif est encore plus radical, consiste à
 recouvrir la figure du soldat interviewé d’un masque numérique qui
 finit par tenir lieu de nouveau visage. Le sentiment d’inquiétante étrangeté qui habite ces deux films nous renvoie à la notion de « spectre d’identité [2] » développée par le psychanalyste Michel de M’Uzan. Il désigne ainsi certains moments d’incertitude identitaire qui, loin du concept figé et rigide d’identité, nous dévoilent l’existence d’un espace intermédiaire entre moi et non-moi. Le spectre d’identité se manifeste notamment dans les expériences de dépersonnalisation, ces moments où « Je s’affiche autre part [3] » et campe aux confins de l’identité. La confrontation à un double dépersonnalisant, par le biais d’un modelage purement graphique ou numérique, pointe le vrai problème, la question brûlante plantée au cœur des deux documentaires : est-ce bien moi qui ai assisté à/commis ça ?

img1-numero1-article2-levy
Fig 1. Avi Mograbi, Z32, 2008, film.

Le jeune homme auquel est consacré le film Z32 d’Avi Mograbi est un soldat israélien qui, deux ans auparavant, a participé à une opération punitive au sein d’un commando de Tsahal. En représailles à la mort de six militaires israéliens, le commando avait pour mission d’abattre, de manière totalement arbitraire, une demi-douzaine de policiers palestiniens. Après sept heures d’attente et vingt minutes de fusillade, le bilan sera finalement de deux Palestiniens tués, dont un sous les balles du soldat interrogé par Mograbi. Afin que le jeune homme puisse faire à son rythme le récit de cette nuit meurtrière, le cinéaste lui a confié un caméscope avec lequel il va se filmer lui-même, en compagnie de sa petite amie. Ainsi, le film présente alternativement des séquences dans l’intimité du couple, d’autres dans lesquelles le soldat répond face caméra aux questions de Mograbi, des scènes tournées sur le lieu du crime et enfin, plusieurs ponctuations musicales où Mograbi, accompagné d’un orchestre de chambre, chante dans son salon les dilemmes moraux auxquels ce film donne lieu. En effet, les documentaires d’Avi Mograbi ont toujours été de virulentes mises en cause de l’idéologie et de la politique menée par les gouvernements israéliens successifs. Avec Z32 se pose un problème indissociablement éthique et esthétique : comment filmer quelqu’un dont on réprouve absolument les actes et dont on doit, de surcroît, assurer l’anonymat pour le protéger d’une éventuelle vengeance de la famille des victimes, de la réprobation publique et des poursuites judiciaires? La question entraîne Mograbi bien au-delà d’une réflexion sur l’éthique de la mise en scène qui consisterait à se demander comment filmer l’ennemi au plus près sans succomber à sa séduction ni céder à l’empathie. Réflexion qui était déjà le sujet central d’un précédent film intitulé Comment j'ai appris à surmonter ma peur et à aimer Arik Sharon (1996).

img2-numero1-article2-levy
Fig 2. Avi Mograbi, Z32, 2008, film.

Dans ce documentaire tourné en pleine campagne électorale, Avi Mograbi, qui entendait dénoncer le passé militaire de Sharon et son soutien à Bibi Netanyahou, reconnaît avec une honnêteté extraordinaire qu’il tombe peu à peu sous le charme de cet ancien général qui représente pourtant tout ce qu’il déteste. Là où d’autres cinéastes auraient tenté d’étouffer leur sympathie coupable sous le poids de la dénégation, Mograbi a l’intelligence d’en faire l’épicentre de son film. Comme l’a bien souligné Jean-Louis Comolli : « Oui, ce cinéma est embarrassé. Cet embarras est filmé, il fait film [4] ». Ce dont il est question dans Z32, c’est d’explorer la zone reculée où l’humain fait connaissance avec son autre, avec sa propre puissance d’inhumanité. Avi Mograbi en fait le fil d’Ariane de l’élaboration esthétique et éthique de son film : « La principale raison des effets spéciaux était d’obtenir un personnage ambigu. […] De voir qu’il s’agit d’un être humain [5] ». En somme, il s’agissait de conserver un visage humain (du moins une certaine visagéité) chez quelqu’un dont le vrai visage ne devait jamais apparaître. Là encore, le thème de montrer son vrai visage ou de perdre la face sous-tend l’ensemble du film. La gageure est passionnante puisqu’il s’agit dans un même geste de dissimuler et de révéler un visage. Ainsi, le spectateur assiste aux différentes phases du processus moral et créatif mené conjointement par le cinéaste et par Avi Mussel qui a conçu les effets spéciaux numériques. Quatre phases se distinguent. 1/ Dans le tout premier plan du film, le jeune couple a le visage entièrement flouté, un peu sur le mode d’anonymat utilisé couramment à la télévision. 2/ Le jeune soldat est filmé en très gros plan, le visage flouté avec uniquement un trou de netteté qui dévoile les yeux et la bouche. 3/ Le jeune soldat apparaît avec sur le visage un masque numérique couleur chair qui, selon les mots du cinéaste, évoque le « papier mâché [6] ». On a parfois le sentiment d’un masque de latex, épousant le contour du visage en laissant ouverts des trous d’expressivité au niveau des yeux et de la bouche. Ce n’est pas un hasard si le générique de début est situé juste après la première apparition du masque numérique, c’est-à-dire après 27 minutes de film ! D’une certaine manière, le film peut enfin commencer car cette trouvaille du masque en 3D est la solution cinématographique que Mograbi oppose à ses interrogations : « ai-je le droit d’abriter dans mon film l’auteur d’un crime horrible ? Cette question posée, j’ai compris que je tenais non seulement une histoire, mais aussi un film [7] ». Le concepteur graphique, Avi Mussel, raconte qu’au départ, l’idée d’un masque de gladiateur avait été évoquée, ce qui rendait assez bien l’aspect belliqueux du personnage mais le dépossédait de sa figure humaine. Mussel s’est alors inspiré des « masques neutres » du théâtre de Jacques Copeau et de ceux de la pantomime de Jacques Lecoq [8] pour sculpter le masque 3D à l’ordinateur. 4/ La quête de visage ne s’arrête pas là et il reste une dernière étape dans la maturation du film : retrouver la peau. En effet, Mograbi décrit le masque final comme « une simulation de la peau humaine [9] ». Au terme du processus de visagéification du jeune soldat, Mograbi souhaitait que le public exultât avec lui quand, enfin, la bonne solution avait été trouvée, et qu’en même temps le public se dise que cette solution est terrible (car elle nous rappelle l’humanité incompressible de celui qui a agi de manière inhumaine).

Le tissu de la peau

Grâce à cette peau numérique, qui répond au double besoin de cacher le visage sans le neutraliser, la confession devient possible. La texture est ici condition de possibilité du texte, du récit. Il faut avoir affaire à « l’épiphanie d’un visage [10] » pour maintenir, dans l’adresse à autrui, sa dimension d’humanité. Mais il faut au préalable l’écrin de la peau pour qu’un visage apparaisse. Le projet d’Avi Mograbi, aussi bien sur le plan éthique qu’esthétique, ne va tenir qu’à cette capacité du numérique à restituer la texture de la peau. Ainsi, Mograbi fait sa première apparition dans le film le visage recouvert d’une paire de collants qui lui sert de cagoule. Semblable à un gangster ridicule, il joue devant nous le film à venir qu’il est pourtant déjà en train de tourner. Il imagine par exemple que le jeune soldat témoignerait flanqué de ce type de cagoule et, qu’afin de voir et de respirer – Mograbi joint le geste à la parole – il découperait dans le tissu des trous à l’aide d’une paire de ciseaux. Avec dérision, le cinéaste déroule ici tout le processus qui va guider le film : passer d’un tissu sur la peau au tissu de la peau. La texture du numérique semble d’emblée textile. Ce qui incite Eugenio Renzi à décrire le masque de peau numérique comme un « loup de satin cousu main pour abriter le visage de l’assassin [11] ». Avi Mussel explique que la création du masque 3D a été très compliquée à cause de l’extraordinaire mobilité du visage humain. Il a fallu mettre en œuvre un système de petits points noirs de fixation, dessinés à même la figure des personnes interviewées, afin que le logiciel puisse caler le masque 3D sur le visage quand la tête bouge (le terme technique est tracking). Puis Mussel a utilisé des photos prélevées sur un vrai visage – un ami du fils de Mograbi – pour modéliser en 3D le masque du soldat [12]. Au fur et à mesure que le film progresse, nous avons le sentiment étrange que le masque devient une seconde peau, tout à fait confondante. Le soldat prend peu à peu visage. Cette conjonction entre la peau enveloppante, créatrice de visage, et l’affermissement de l’identité n’est pas sans évoquer les fonctions du « Moi-peau » décrites par Didier Anzieu [13]. Aussi, nous faisons nôtre l’hypothèse du psychanalyste qui lie intimement la valeur symbolique de la peau au psychisme qu’elle contient en elle : « La profondeur de l’altération de la peau est proportionnelle à la profondeur de l’atteinte psychique [14] ». Et inversement, c’est par une forme de chirurgie réparatrice numérique que le soldat recouvre à la fois un visage et la parole. Maintenu et contenu par cette peau factice qui lui assure protection (Winnicott parlerait de holding et handling), le jeune homme peut enfin parler, confier le récit de son crime à sa petite amie par le truchement de la caméra. La catharsis est désormais possible.

img3-numero1-article2-levy
Fig 3 Avi Mograbi, Z32, 2008, film. Photo : Avi Mograbi, Les Films d’ici 2008.

Trouer le masque

Catharsis, masque, crime, musique, chœur qui commente l’action du point de vue moral... Z32 contient tous les éléments qui peuvent le rapprocher de la tragédie grecque, ce qu’a bien vu Ariel Schweitzer : « comme dans le théâtre grec, le masque a pour effet de transformer le soldat en archétype et de donner à son discours une portée universelle [15] ». Le dispositif classique du chœur est ici pris en charge par les parties musicales dans lesquelles Mograbi chante les dilemmes face auxquels son film le place. Dès le départ, le film est pensé de manière musicale. Lorsqu’il rencontre le musicien Noam Enbar, qui signe la partition de Z32, Mograbi lui propose de s’inspirer du témoignage du jeune soldat « pour en faire le livret d’un opéra [16] ». Le chœur de Z32 remplace et renouvelle ce que Mograbi appelle la « confession box » (« dispositif du confessionnal ») qu’on retrouve dans tous ses films. Il s’agit de ces plans serrés sur le cinéaste, face (rougeaude) caméra, qui annonce, analyse, parodie, singe, réinvente et raconte inlassablement ce qui se passe dans le film en cours. Jamais mieux qu’au sujet de l’œuvre d’Avi Mograbi, on n’avait employé l’expression « cinéma parlant ». Le dispositif commençait quelque peu à s’épuiser dans le documentaire Août, avant l’explosion (2001) du fait de la logorrhée hystérique du cinéaste (mais l’épuisement et l’hystérie de la société israélienne n’étaient-ils pas le sujet exact du film ?). La force de Mograbi est d’avoir su réinterroger son propre fonctionnement, sa propre mécanique de cinéaste. En cela, Z32 est sans aucun doute son plus beau film. La présence de la musique y est pour beaucoup. Ce n’est pas une musique d’adhésion, d’accompagnement des émotions, mais une musique de doute. De manière brechtienne, Mograbi expose au cœur de son film les traces de sa fabrication, de ses hésitations. La référence à Brecht et Weill est inscrite dans le type même de musique interprétée : lyrique et dissonante, emphatique et misérable, transpirant le cabaret, chantée et légèrement parlée (ce que Noam Enbar, au piano, suggère à Mograbi pendant le film). Puis le clin d’œil à Brecht et Weill devient explicite quand le cinéaste se met à chanter : « C’est une sale histoire, même pas une chansonnette à quatre sous ». La musique de Z32, au demeurant assez belle, se voit investie de la même fonction que le masque : emporter et mettre à distance, séduire et séparer, faire illusion et dénoncer l’illusion. Ainsi, il y a dans le film un instant de sidération, de pure émotion visuelle. La main du témoin, portant une cigarette à sa bouche, traverse littéralement la peau de son visage pour disparaître quelque part sous le masque numérique dont l’a affublé le cinéaste. Moment d’une extraordinaire puissance esthétique, lors duquel la surface numérique révèle une profondeur insoupçonnée. Non pas tant une profondeur qu’un trou, une béance en plein cœur de l’image. La main du soldat s’enfonce sous nos yeux vers un non-lieu presque angoissant. Ce qui produit des images stupéfiantes comme ce plan où la fumée de la cigarette est cachée par le masque et ne peut sortir que par les trous laissés intacts : c’est-à-dire par la bouche et par les yeux ! Pascal Bonitzer, pour qui « la métamorphose est le régime naturel de l’image vidéo », écrivait en 1982 que celle-ci, ontologiquement surface, « n’a pas de machinerie, pas d’arrière-monde, pas de réalité trompeuse, puisque pas de réalité ou si peu [17] ». Cette disparition vers le nulle part de la vidéo, en plus de susciter l’effroi et le beau, a pour conséquence de briser le trompe-l’œil que constitue le masque 3D. Avi Mograbi, qui aurait facilement pu faire passer la main devant le masque, a volontairement choisi de dénoncer le trucage de la sorte : « Le premier travail consiste à créer une illusion, le deuxième à la casser [18]. »

La dépossession de soi

Dans sa fameuse « Seconde méditation », Descartes donne corps au doute radical qui s’empare de lui sous la forme d’une allégorie mécaniste. Faisant l’hypothèse selon laquelle toute chose autour de lui pourrait bien être fausse et cherchant à montrer comment la « faiblesse » de l’esprit le porte à se tromper, Descartes va jusqu’à imaginer que les passants qui marchent sous sa fenêtre pourraient être des fantômes ou des machines : « et cependant que vois-je de cette fenêtre sinon des chapeaux et des manteaux, qui peuvent couvrir des spectres ou des hommes feints qui ne se remuent que par ressorts [19] ? ». Depuis longtemps, l’expérience du doute identitaire appelle, pour être appréhendée, la figure de l’automate. Selon Freud, une des manifestations privilégiées du sentiment d’inquiétante étrangeté (Unheimlich) est celle qui nous met en présence de poupées de cire, de figurines ou d’automates. Se référant aux travaux du psychologue Ernst Jentsch, Freud note que l’inquiétante étrangeté est cette situation où l’on « doute qu’un être apparemment vivant ait une âme, ou bien l’inverse, si un objet non vivant n’aurait pas par hasard une âme [20] ». Freud explique avec Jentsch que « l’un des stratagèmes les plus sûrs pour provoquer aisément par des récits des effets d’inquiétante étrangeté consiste donc à laisser le lecteur dans le flou quant à savoir s’il a affaire, à propos d’un personnage déterminé, à une personne ou par exemple à un automate [21] ». Chez Descartes comme chez Freud, le sentiment de non-coïncidence à soi-même renvoie, pour être conceptualisé, à l’ambigüité troublante de l’automate. Nous l’avons dit plus haut, Z32 raconte l’expérience d’un vacillement identitaire. Ce que vient confirmer la quête de peau et de visage menée par Avi Mograbi. Une peau humaine (quoique numérique) pour recouvrir la surface froide de la machine, de l’homme devenu machine. En effet, le jeune soldat raconte le sentiment d’excitation et de jubilation qu’il a ressenti le soir du massacre. Non pas parce qu’il tuait des ennemis mais parce que ce soir là, comme étranger à lui-même, il a vu son propre corps fonctionner tel une mécanique parfaitement huilée qui accomplissait automatiquement des séquences de gestes très précises. Le jeune homme confesse des « tirs de joie », une montée d’adrénaline jouissive. L’humeur générale était celle d’une « fête foraine » ajoute-t-il. Ce moment euphorique d’extériorité à soi-même constitue l’expérience de dépersonnalisation cruciale dans le récit du soldat, à laquelle fait écho celle de la perte du visage fondu dans un autre visage. L’ambiguïté humain/inhumain réside dans ce devenir machine à tuer entrevu au moment critique de la dépersonnalisation, proprement une extase. Un autre cinéaste a placé au cœur de son œuvre le sentiment étrange et jubilatoire de voir son propre corps mû par une force incontrôlée. Il s’agit de David Cronenberg. Le ravissement de Jeff Goldblum/Brundle dans la Mouche, lorsqu’il découvre le potentiel insoupçonné de régénération corporelle offert par la téléportation. Les réflexes inattendus de Viggo Mortensen/Tom Stall dans History of violence, petit patron tranquille d’un restaurant qui, lors d’une agression, déploie une série de gestes automatiques stupéfiante pour abattre les malfaiteurs. L’étrangeté de ces gestes, surgissant d’on ne sait quelle mémoire du corps refoulée, jette la suspicion sur le passé du bon père de famille. Autre film de Cronenberg, dont un des sujets principaux est la question d’une certaine texture du numérique : eXistenZ. Dans une très belle scène du film, Ted Pikul (Jude Law) et Allegra Geller (Jennifer Jason Leigh) sont pris d’une soudaine et irrépressible envie de faire l’amour. Alors qu’il se connaissent à peine et que Ted semble très gêné par cette situation, rien ne semble pouvoir les empêcher de coucher ensemble. Pour le rassurer, Allegra lui explique que ce sont les paramètres du jeu vidéo dans lequel ils sont immergés qui sont en train de pousser leurs corps l’un vers l’autre et que le mieux est de se laisser faire. Avec une intelligence rare, Cronenberg met ici en scène le chiffre secret du désir : la dépossession de soi [22].

img4-numero1-article2-levy
Fig 4 Avi Mograbi, Z32, 2008, film. Photo : Avi Mograbi, Les Films d’ici 2008.

Que recèle donc, dans Z32, le recours à la peau numérique ? La volonté farouche d’arrimer à l’humanité, par le visage, un homme qui a commis des actes qui relèvent de l’inhumain et qui, plus profondément encore, a fait l’expérience en lui-même d’une montée d’inhumanité. Ce n’est pas à une gueule cassée (symboliquement) par l’horreur de la guerre que Mograbi s’efforce de redonner face humaine. Chez le jeune soldat, nul trauma, nulle place pour la culpabilité ou le remord. Que pourrait-il bien regretter ? Il a tué sans haine. Il a accompli sa mission. Ce genre de mission pour lequel il s’est exercé pendant vingt mois au sein d’une unité d’élite. La puissance du propos d’Avi Mograbi tient à ce qu’il ne replie pas l’inhumain sur le monstrueux. L’inhumain avec lequel son film se débat, c’est au contraire l’absence d’affect, l’incapacité à envisager autrui précisément comme un visage. Le jeune soldat raconte à sa petite amie que le soir de l’opération, il est allé écouter un concert en ville, ce qui ne manque pas de la désarçonner. Elle lui demande alors si, au moment où il tirait sur le policier palestinien, il a pensé qu’il était en train de tuer un homme. Sa réponse est claire : « On pense pas. C’est comme à l’entraînement, tu penses pas que c’est un homme, on a pas entendu de cri de douleur, rien » [parce que les cris étaient couverts par le bruit des tirs]. Le jeune soldat ne s’est pas senti coupable, « pas au sens classique du terme » dit-il. Il était même plutôt fier d’avoir vengé les six militaires israéliens. Quelque chose bouge à peine au terme du film, qui n’est ni la reconnaissance de l’horreur de ce massacre d’innocents, ni un aveu de culpabilité. La seule chose que le jeune soldat semble admettre, c’est qu’il s’est absenté à lui-même et le dispositif en miroir qui le place sous le regard conjoint de la caméra et de sa compagne ne parvient qu’à le resynchroniser, à le remettre en phase. Le film peut donc se terminer, une fois le jeune homme délesté de sa terrible histoire, réhumanisé par le travail de la parole grâce auquel il s’est réinvesti en tant que sujet, et absous par celle qu’il aime. C’est d’ailleurs elle qui met un terme au film en se levant pour éteindre la caméra. La seule culpabilité ressentie dans Z32 est donc celle qui s’est transférée sur le cinéaste : « Oy, je cache un criminel dans mon film ! » chante-t-il. Ce Oy ! condense en une courte interjection la manière cinématographique de Mograbi : tension (typiquement yiddish) entre le tragique et le dérisoire, la lucidité noire et l’humour ravageur, la théâtralité et le refus d’en être dupe.

  1. [1] En premier lieu, le rendu des voix lors des entretiens, mais aussi les détails sonores autour de la bouche (respiration, souffle de la cigarette, éclaircissements de gorge, etc.) ce que Michel Chion appelle les « indices sonores matérialisants » (L’Audio-vision, Paris, éd. Nathan, 1990, p.99).
  2. [2] M. de M’Uzan, Aux confins de l’identité, Paris, éd. Gallimard, 2005. La notion de « spectre d’identité » est apparue pour la première fois sous sa plume dans De l’art à la mort en 1977.
  3. [3] Ibid., p.8. Sur ces questions, voir aussi Sylvie Le Poulichet qui parle de « vacillement identificatoire » dans Psychanalyse de l’informe. Dépersonnalisations, addictions, traumatismes, Paris, éd. Aubier, Flammarion, 2003.
  4. [4] J.-L. Comolli, « Avant, après l’explosion », Cahiers du cinéma, n° 606, novembre 2005, p.71.

  5. [5] E. Renzi, « Entretien avec Avi Mograbi », dans le supplément « Cinéma en numérique 2 », Cahiers du cinéma, n° 639, novembre 2008, p.VI.
  6. [6] Ibid.

  7. [7] Ibid.
  8. [8] A. Mussel, « Dissimuler pour révéler ou l’effet du documentaire », Trafic, n° 72, hiver 2009, éd. P.O.L., p.59.
  9. [9] E. Renzi, « Entretien avec Avi Mograbi », art. cit., p.VI.
  10. [10] E. Levinas, Totalité et Infini (1961), La Haye, éd. Martinus Nijhoff, 1974, p.48.
  11. [11] E. Renzi, « Le plus grand sculpteur de notre temps », Cahiers du cinéma, n° 642, février 2009, p.26. Dans cet article, l’auteur compare Mograbi à « un couturier fou étoffant la déchirure à l’emporte-pièce » (p.24).
  12. [12] A. Mussel, « Dissimuler pour révéler ou l’effet du documentaire », art. cit.
  13. [13] D. Anzieu, Le Moi-peau (1985), Paris, éd. Dunod, 1995. Voir en particulier : IIe partie, « Chap. 7 - Fonctions du Moi-peau ». Parmi les huit fonctions mises en avant par Anzieu, qui identifient la structure de Moi à celle de la peau, retenons dans le cas qui nous intéresse : la fonction de maintenance du psychisme (l’individu se maintient, il n’est pas déliquescent comme dans les tableaux de Bacon), la fonction de contenance (le Moi-peau garde les contenus psychiques, les paroles, les soins accumulés) et la fonction d’individuation (la peau comme interface qui marque une limite entre dedans et dehors).
  14. [14] Ibid., p.56.
  15. [15] A. Schweitzer, « Mograbi fait son théâtre grec », Cahiers du cinéma, n° 642, février 2009, p.27.
  16. [16] « Un chanteur qui s’affiche. Propos d’Avi Mograbi », Cahiers du cinéma, n° 642, février 2009, p.25.
  17. [17] P. Bonitzer, Le Champ aveugle. Essais sur le cinéma, Paris, éd. Cahiers du cinéma / Gallimard, 1982, p.30 et 32.
  18. [18] E. Renzi, « Entretien avec Avi Mograbi », art. cit., p.VI.
  19. [19] R. Descartes, Méditations métaphysiques (1641), Paris, éd. P.U.F., 1956, p.49.
  20. [20] S. Freud, L’Inquiétante étrangeté et autres essais, trad. B. Feron, Paris, éd. Gallimard, 2000, p.224.
  21. [21] Ibid.
  22. [22] Expérience que Levinas nomme « l’évasion » (De l’évasion, Paris, éd. Fata Morgana, 1981) et dont on retrouve un écho sublimé dans les écrits de grandes mystiques comme Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux, Elizabeth de la Trinité, Edith Stein ou encore Simone Weil.
Réel - Virtuel